Marmite de veau aux prunes

Septembre, c’est la pleine saison des prunes, alors il faut en profiter. Les prunes sont très souvent faciles à cuisiner, en tarte ou en confiture.

Comme vous le savez peut-être, depuis cet été, je trie, je range… grâce à un grand mouvement déménagement/re-aménagement… toutes ces opérations me prennent un temps infini, car quand je commence à ouvrir les cartons de revues et magazines de cuisine… ben, c’est tentant d’en feuilleter. Vous me croyez si je vous dis que je n’en jette pas beaucoup (au grand désespoir du chéri, j’avoue….). Et je suis tombée sur un vieux magazine Elle… 2010, c’est vous dire si je suis conservatrice !!

Aujourd’hui donc, histoire de justifier la présence de ces vieilles revues chez moi, je vous propose une recette sucrée salée, fort parfumée comme d’habitude, avec des prunes bien sûr. Et comme nous nous sommes vraiment régalés, mes magazines vont peut-être finir par être complètement acceptés, qui sait 😉

Veau aux prunes en marmite

Recette

Il faut : 700 g de veau (quasi, ou veau spécial blanquette), 500 g de prunes (toutes prunes, mirabelles), 1 oignon, 2 gousses d’ail, 1 branche de céleri, huile, beurre, graines de fenouil, sauce Teriyaki, sel, poivre.

Faites revenir les oignons en lamelles, l’ail épluché émincé, la branche de céleri (tige et feuilles) épluchée et détaillée en morceaux, dans un peu d’huile et de beurre. Remuez pendant environ 5 mn.

Ajoutez le veau coupé en morceaux, laissez-le colorer en remuant de temps en temps. Salez, poivrez, parsemez de graines de fenouil écrasées, ajoutez 3 cs de sauce Teriyaki, ajoutez de l’eau jusqu’à ce que la viande soit à peine couverte, couvrez et laissez mijoter à feu doux pendant 45 mn.

Avant de servir, ajoutez les fruits dénoyautés, et laissez mijoter de nouveau 15 mn.

Quelques remarques sur la recette

  • la recette préconisait l’utilisation de quasi de veau. Quand j’en ai demandé au boucher, ce dernier m’a questionnée sur la recette… il a bien rigolé (mais poliment) quand j’ai évoqué sauce Teriyaki et prunes… il m’a vendue des morceaux à blanquette, et c’était très très bien.
  • comme vous pouvez le voir sur la photo, j’ai trop fait cuire les prunes (celui ou celle qui peut prédire combien de temps exact dure un apéro est prié de se manifester), donc le résultat est forcément moins photogénique… l’essentiel reste que c’était très très bon.
  • on trouve chez Picard des prunes et mirabelles déjà dénoyautées, voilà donc une recette faisable en dehors de la période des prunes fraiches.
  • pour tout savoir sur les prunes, je vous recommande l‘article de Papilles et celui d’Interfel, le site des fruits et légumes frais
  • je l’ai servi avec un gratin de pommes de terre, la prochaine fois je servirai du riz.
  • voilà un plat facile à réaliser. La sauce Teriyaki se trouve dans le rayon des produits chinois. Hors saison des prunes, je suis sûre que ça devrait marcher aussi avec des pommes bien goûteuses. Avec des invités, c’est un plat rapide à concocter, à faire en avance et inratable… il ne reste qu’à réchauffer au moment de servir.

Bon appétit !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Tarte à la tomate et moutarde

La fin de l’été est LA saison des tomates ! charnues, parfumées, je veux bien sûr parler des VRAIES tomates, celles de plein champ, si possible bio. Croyez-moi, là on se régale du bon goût des tomates.

Alors aujourd’hui je vous propose une tarte à la tomate, parfumée à la moutarde.

Tarte à la tomate et à la moutarde

Recette de cette tarte à la tomate

Il faut : un fond de tarte, du commerce ou faite maison, feuilletée ou brisée, 4 à 6 tomates selon leur taille, 20 cl de crème fraiche fluide, 1 œuf, 2 cs de moutarde, graines de moutarde, sel, poivre.

Préchauffez le four à 190° ou 6-7.

Etalez la pâte dans un moule à tarte, n’oubliez pas de la piquer à l’aide d’une fourchette en cas de pâte feuilletée, et entreposez le moule et sa pâte au réfrigérateur.

Détaillez les tomates en tranches pas trop fines, disons 3-4 mm d’épaisseur.

Dans un bol, fouettez la crème, l’oeuf et la moutarde, salez poivrez à votre convenance.

Sortez le moule du réfrigérateur, étalez la crème, et déposez sur le dessus les tranches de tomates, aussi élégamment que vous voulez.

Saupoudrez de graines de moutarde, et enfournez pour une bonne demi-heure.

Servie avec une salade, voilà un plat sain, parfumé, facile à faire et à déguster.

 

Quelques variantes pour renouveler cette tarte à la tomate

  • la dernière fois que j’en ai fait, j’ai remplacé une partie de la crème par du fromage de chèvre, c’est délicieux.
  • vous pouvez aussi ajouter plein d’herbes ciselées à la crème, la tarte n’en sera que plus parfumée.
  • si vous avez quelques « restes » au réfrigérateur, genre bouts de jambon, lamelles de poivron genre piquillos, rajoutez-les !

Tout le monde aime cette tarte à la maison, donc j’en fais et j’en refais. Dites-moi comment vous l’améliorez, quels ingrédients vous rajoutez, j’adorerais que vous m’inspiriez aussi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Taboulé aux herbes, coriandre et citron

Et voilà l’été, et ses fortes chaleurs. Dans ce cas, on n’a pas très envie de manger chaud et lourd, sauf à disposer d’un barbecue pour des grillades bien sympas.
Alors je vous propose aujourd’hui, un plat sans cuisson, bien frais : un taboulé bien parfumé, avec beaucoup d’herbes pour plus de parfums, de vitamines aussi.

Taboulé aux herbes, citron et coriandre

Recette de ce taboulé

Il faut, pour 2 personnes : un grand verre ou 2 verres à moutarde de graine de couscous, 2 citrons, une grosse tomate ou 2 petites, une botte de persil, une botte de coriandre, quelques tiges de menthe, une échalote, sel, poivre, huile d’olive.

Dans un saladier, versez le couscous, le jus des citrons, 1/2 verre d’eau tiède, salez légèrement, et laissez le couscous gonfler.

Découpez la tomate, l’échalote en tout petits cubes. Ciselez les herbes finement.
Goutez le couscous après 1/2 heure de « macération ». S’il est vraiment trop ferme, et que vous êtes pressés, ajoutez un peu d’eau petit à petit.
Ajoutez enfin tomate, échalote et herbes, 2 grosses cs d’huile, remuez bien, et entreposez au frais.

L’acidité du citron, de la tomate, devrait suffire à « cuire » le couscous. Si ce n’est pas le cas, c’est que vos citrons ne sont pas assez juteux, ou que la tomate n’est pas assez mûre. C’est en goûtant que vous saurez s’il faut ajouter un peu d’eau tiède, ou un peu de citron.

Un dernier ajustement de l’assaisonnement, et c’est prêt. Pensez au dernier tour de poivre, ou à quelques gouttes de tabasco pour un peu de peps.

Et régalez-vous.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Clafoutis aux pommes et poudre d’amandes

Allez savoir pourquoi j’ai un stock de poudre d’amandes trop important pour ma consommation habituelle ? donc à utiliser assez vite… Je crois pourtant que je sais : j’ai une idée de gâteau, j’achète de la poudre d’amandes, et j’oublie de le faire… et l’histoire recommence quelques semaines plus tard… Et puis enfin un jour je range mon placard, et voilà. Vous faites comme ça aussi, ou vous êtes plus organisées que moi ???

J’ai donc cherché, et trouvé, une recette de gâteau à la poudre d’amandes je ne sais plus où, j’ai ajouté quelques pommes pour plus de gourmandises, et voilà le résultat.

Clafoutis aux pommes, à la poudre d'amande, sans gluten

Recette

Il faut : 4 œufs, 180 g de sucre, 100 g de beurre ramolli, 200 g poudre d’amandes, vanille, 2 grosses pommes, sucre glace pour la déco

Épluchez les pommes et coupez-les en petits cubes. Versez-les dans un saladier, ajoutez un peu d’extrait ou de poudre de vanille, et laissez macérer.

Battre ensemble les oeufs et le sucre, jusqu’à ce que le mélange blanchisse et mousse.

Ajoutez ensuite, en continuant de battre, les ingrédients suivants les uns après les autres : le beurre en petits morceaux, la poudre d’amandes.

Versez cette pâte dans un moule à tarte à bords hauts.

Répartissez les pommes sur le dessus, et enfournez une demi-heure environ à 200°.
Dès que le dessus est bien doré, sortez la tarte du four, saupoudrez de sucre glace quand la tarte a refroidi.

Commentaires

Cette tarte a la consistance de clafoutis, donc n’hésitez pas à la faire cuire dans des moules à tartes individuels. Servie avec une boule de glace vanille, vous avez là un excellent dessert.

Un peu de rhum sur les pommes ne nuit pas 😉

A bientôt. Bon appétit.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les huîtres de Bluff – Bluff oysters

Quand je voyage, j’aime aussi déguster, fouiner dans les marchés et supermarchés, découvrir les spécialités locales.
Après une semaine en Nouvelle-Zélande, pays que j’ai déjà parcouru 4 ou 5 fois, j’avais surtout apprécié les bons vins, les plateaux de fruits de mer, je me lance dans la dégustation de produits très locaux.

Aujourd’hui, j’ai dégusté les huîtres de Bluff, dont la particularité est d’être pêchées en haute mer.. Bluff est une petite ville à l’extrême sud de la Nouvelle-Zélande, réputée pour ses huîtres.
Les huîtres ne peuvent être consommées qu’entre mars et août, nous avons donc eu de la chance.
Il ne restait qu’à choisir un bon endroit pour les déguster. Elles sont proposées « au naturel » ou « cuites ». On a testé les deux, vous devinez bien.

huîtres de Bluff - Bluff oysters

Celles au naturel furent servies avec un vinaigre aromatisé.
Les huîtres cuites étaient servies en sauce Kilpatrick, , soit légèrement grillées avec bacon et sauce worcestershire.

Les deux assiettes furent excellentes, les huîtres fines, charnues et faiblement iodées. En réalité, elles sont toujours vendues hors de leur coquille, en boite ou boite plastique. Ici, la restauratrice les a simplement replacées dans des coquilles…

&&&&

Nous avons déjeuné dans le restaurant de l’hôtel Foveaux, à Bluff. Service et repas excellents, à des prix corrects. Le fish&chips + salade à 13 euros, la douzaine d’huîtres au naturel à 25 euros, la seafood chowder à 9 euros.

Beaucoup de chemins de promenade le long de la côte, à parcourir sans hésiter.

Rendez-vous sur Hellocoton !