Nous y voilà.

Voyager sur l’Aranui, c’est sportif.

Non pas que la partie hébergement ne soit pas confortable : tout est climatisé, les repas sont excellents, la boutique est bien achalandée [quant à la Vendeuse en chef…… beaucoup d’acheteurs masculins, dans cette boutique ;-)], des prises partout et un service régulier de blanchisserie (inclus dans le prix), thé et café à discrétion à longueur de journée…

En fait, le problème, si problème il y a, c’est que de ce bateau il faut bien en descendre et y remonter de temps en temps. Sur 14 jours, 2 jours de mer, donc 11 jours (attention aux histoires de bornes et d’intervalles, tout de même) de sortie, moins 3 où on est à quai, plus 4 où on sort 2 fois… Vous suivez ? bref, on a souvent “transbordé

Disons que l’activité Transbordement est indissociable de la croisière Aranui…

2 types de transbordements sur l’Aranui 3.

Le moins sportif : la barge. Comme pour un “débarquement”. Pour mer calme. Avec ouverture par l’avant. Tranquille. Donc, on ne l’a pas utilisée très souvent, tout simplement parce que cela suppose qu’on arrive sur une plage qui s’y prête…

Le plus drôle : la baleinière. Un mot d’ordre : faire confiance aux marins. Les consignes sont strictes : ne passer exclusivement que “entre 2 marins”. Deux ? Quatre en réalité : 2 d’un côté, 2 de l’autre. Soit ils vous aident à sauter, soit ils vous trimballent comme un paquet très très fragile.

Mise à l'eau de la baleinière
La sortie du cargo vers la baleinière.
descente dans la baleinière
Avec gilets, dans la baleinière

Ne vous inquiétez pas, les gilets, on ne les a mis qu’une seule fois, la première fois qu’on a débarqué.

Là où ça se corse, c’est quelques fois à l’arrivée. A quai je veux dire.
En particulier pour un quai spécial, je ne sais plus où exactement. Spécialité : la vague casse à cet endroit-là précis, donc la baleinière monte et descend en permanence d’un bon mètre, le long du quai.
Descendre ? facile selon eux : “tu attends que la vague remonte le bateau, et tu sautes à quai”. Ben voyons. Ben si, c’est facile : dans tous les cas, vous les voyez les 4 marins, 2 à quai, 2 dans la baleinière, et bien, ils interviennent, et fermement, dès qu’il le faut.

arrivée à quai - Aranui

Je vous l’avais dit, les marins il faut juste leur faire confiance, et tout va bien ! En plus ils sont sympas, patients, pas moqueurs et baraqués (je sais, je l’ai déjà dit, mais je ne m’en lasse pas)
On a tout “trimballé” : les bébés, les poussettes , les grands-mères (la doyenne a été magnifique, 87 ans !), les picnics, et tout et tout !

Bon, quand même, va falloir aborder les Marquises, AUSSI, maintenant qu’on a accosté….. Rendez-vous alors au prochain épisode.

Portez-vous bien.