“Façonnée par les torrents, encaissée entre le Marau, le Diadème et l’Aorai, la vallée de la Fautaua offre une végétation variée et de riches souvenir historiques. Elle fut habitat pré-européen, bastion de résidence au protectorat français, excursion pour Pierre Loti en 1872, cantonnement militaire et station expérimentale de culture.”

La marche est très agréable sur la route de terre bordée de manguiers, de bancouliers et entourée d’une profusion de bananiers, opuhi et ‘ape. […] … on voit la rivière qui “comme une gerbe argentée, se précipite dans le vide”, ainsi que la décrit Pierre Loti.”

Ces feuilles rouges, pourtant jolies, ne sont pas les bienvenues en Polynésie. Ces arbustes lianes sont des miconias, qui envahissent tout, et on leur reproche surtout d’étouffer la flore locale.

Les opuhi sont des fleurs rouges ou roses, à longue tige, que l’on trouve en France dans la composition de bouquets exotiques. Elles sont très courantes dans la “campagne” et on en trouve facilement au marché…

Cette vallée de la Fautaua, si proche de Papeete, est un lieu de promenade très fréquenté.
La première partie est presque plate, les familles aiment s’y promener pour prendre le frais.
Mais très vite arrivent le chemin plus pentu et les passages à gué, et les randonneurs plus avertis se régalent. D’autant plus qu’alors ils ont accès à des baignades, des cascades…