Qui n’a pas entendu parler des Moai de Rapa Nui, ou de l’Ile de Pâques ? toujours empreints de mystère, ils fascinent.

Rapa Nui, ou Ile de Pâques, ou Easter Island, c’est quasiment à mi-chemin entre Tahiti et Santiago.

Nous y avons passé 4 jours, et nous les avons bien occupés. A vrai dire, je ne m’attendais pas être autant prise sous le charme de tous ces moai. Sûrement que l’accueil chaleureux des Pascuans y a fortement contribué.

Carte de Rapa Nui

Rapa Nui, que l’on peut traduire par « la grande rame », est un triangle marqué par 3 volcans principaux.

Silhouette typique du moai

Un peu plus d’un millier de moai, entiers ou non, sont disséminés sur l’île. Ces statues, fabriquées en tuf volcanique, sont toutes des œuvres de sculpteurs chevronnés, la finition et le ponçage en sont exemplaires. Les yeux, faits de corail et d’obsidienne, diffusent de l’énergie, ou mana, en direction des grands chefs. Certains moai semblent coiffés d’un « chapeau » : il s’agit du pukao, en pierre rouge, et représente le chignon des chefs.

Moai de Rapa Nui

Moai, au nord de Hanga Roa, sur le chemin du musée.

Ces moai, beaucoup a été écrit sur eux, sur leur mystère, et surtout une question a alimenté tant de débats : pourquoi tournent-ils le dos à la mer ?

L’explication nous a été fournie par notre guide, Lili.

L’île était découpée en « villages » ou tribus, et chaque chef de village se devait d’être honoré à sa mort par une statue. D’ailleurs, dès qu’un chef prenait le pouvoir, son souci était de commencer à faire tailler son moai.
Alors, en bon chef, même mort, il continuait à protéger son village, en le regardant. Il transmettait ainsi son mana.

C’est la version (résumée ici) de notre guide. Il existe une multitude de théories, et aucune encore n’a fait l’unanimité.

les moais de la plage d'Anakena

Les moai de la plage d’Anakena

Les moai sont en général déposés sur des ahus (autels de cérémonie). Ces ahus sont des plateformes en pierre et en terre qui servaient autant de sépulture (chaque clan avait un ahu) que de piédestal au moai. Ces ahus sont en pente douce côté terre, et coupés de manière abrupte côté mer. Ces ahus sont sacrés, comme les moai.

Le site le plus imposant est celui de Tongariki :

Les moais de Tongariki
Moai Tongariki

Voilà pour aujourd’hui, pour l’essentiel de ce que je sais (spontanément) sur les moai de l’Ile de Pâques.

Pour en savoir plus : l’incontournable Wikipedia

Et si vous n’en avez pas encore marre des moai, rendez-vous au prochain épisode pour la visite de la « fabrique » de moai.