J’ai failli m’étouffer en lisant Libé hier.
Du premier degré ? de l’humour ?
Il y avait déjà eu l’histoire de la chantilly fouettée.. à l’humour douteux.

Je vous livre le texte intégral, il n’est pas long :

On aime le fouet, le vrai : celui qui bat, triture, cingle jusqu’au but ultime ; celui des blancs d’œufs montés en neige. Sans eux, il n’y aurait pas de soufflé, pas de mousse, pas de meringues. Vous pouvez bien sûr opter pour la version électrifiée du fouet. Mais souvenez-vous qu’en cuisine le plaisir se loge aussi dans les préliminaires. Pourquoi malmener vos blancs d’œufs avec un outillage de stakhanoviste quand vous pouvez accéder à la plénitude avec un simple fouet ? Il suffit de fouetter régulièrement et souvenez-vous : c’est le poignet qui travaille, pas le bras.

Source : http://www.liberation.fr/culture/0101647645-un-bon-coup-de-fouet-ou-la-jouissance-en-cuisine