Le goût de l’échalote

Je ne sais pas pourquoi, mais mon titre me fait penser à un film. Moi qui ne vais que très rarement au cinéma ! Mais, si vous êtes cinéphile, vous aurez trouvé….

Tiens au fait, vous savez pourquoi j’y vais rarement ?

Première raison, je n’aime pas la violence, quelle qu’elle soit. Avec ou  sans armes, avec ou sans sang. Ni physique, ni psychologique. Le nombre de films où j’ai fermé les yeux…

Deuxième raison : je m’ennuie ferme aux films dits « intello ». L’art de couper les cheveux en quatre, un peu ça va. Bref, je vais pas m’étendre, au risque de désoler une partie des quelques lecteurs qui vont se hasarder par ici.

Enfin, je n’aime pas les nouvelles salles. Celles où on entend surtout son voisin machonner son litre de pop corn, celles où le son est monté à fond, histoire de multiplier l’effet des effets dits spéciaux.

Bon, ça y est, vous avez compris, question cinéma, suis un peu à côté de la plaque. Bacri-Jaoui et Woody Allen (et d’autres comme ça) mee conviennent parfaitement.

Revenons à nos moutons.

L’échalote.

Autant vous dire qu’à Tahiti, l’échalote était hors de prix. Hors de prix, ça veut dire que le produit était destiné aux popa’a ou ceux qui voulaient absolument vivre « à la française ». Echalote que j’ai allègrement remplacée par de l’oignon, bon et pas cher. Et on s’y fait très très bien. Je n’ai jamais autant utilisé d’oignon que durant ces 4 ans à Tahiti.

Alors, un des premiers produits que j’ai acheté ici en rentrant c’est…. de l’échalote, je suis sûre que vous aviez deviné..

Et à Bordeaux, on fait quoi avec de l’échalote ??

Allez, voilà une preuve

Entrecôte bordelaise

Non, ce n’est pas mon échalote. Ce n’est pas moi qui ai tout coupé aussi fin, ni allumé les sarments, ni servi le bon vin. Heureusement que les amis, la famille savent comment nous faire « oublier » Tahiti et nous convaincre (si besoin) qu’on a eu raison de « rentrer ».

les sarments sont prêts

Vous voulez que j’avoue ? On s’est régalé. Ce goût de l’échalote, ajoutée au dernier moment, quand la viande a déjà goût des sarments…. comment dire…. ça ne se dit pas, ça se déguste. Avec un petit Grave, ou Pessac Léognan…. allez, soyons pas chauvins, acceptons un Médoc…quant à passer la Garonne, faut réfléchir…

Mais bientôt, ce sera mon tour. Il reste à acheter les sarments, le reste est prêt….

Et si vous insistez, je vous donne même la recette.

Il faut : un bon boucher, en qui vous faites confiance, et qui vous connait ; un fournisseur de sarments, mais comme vous achetez régulièrement votre vin directement dans un château, donc vous êtes devenus amis, donc vous pouvez lui demander de lui acheter vos sarments ; de bons amis, ça c’est important, qui de préférence vont aimer la viande, si possible saignante ; un gros stock d’échalotes, à couper en tout petit petit, même que quand vous pensez que vous en avez coupé assez, ça veut dire que vous venez juste d’en couper la moitié… mais rien ne vous empêche de commencer à tester le vin, je vous assure que la séance de « coupage » de l’échalote passe plus vite….du sel, du poivre… une planche à découper, une vraie ; un vrai couteau, et voilà.

Bonne semaine à tous, portez-vous bien.

4 réflexions sur “Le goût de l’échalote

  1. J’en ai l’eau à la bouche! Je vais essayer ta recette en mettant à contribution les talents phénoménaux de Laurent pour couper des montagnes de légumes en tout petits morceaux.
    Bises (sans échalotte)

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s