Après une introduction, première étape : Nouméa, CentreTjibaou.

Comment passer quelques heures à Nouméa (nous y avons passé une journée et demie) sans visiter ce centre culturel, intéressant pour plein de différentes raisons.

plan du centre Tjibaou

Situé à l’extérieur de Nouméa, sur la presqu’île de Tina, à l’endroit même où JM Tjibaou avait organisé en 1975 le festival Mélanésia 2000, le lieu est vaste, entouré d’eau, et composé de 3 zones bien distinctes.

Commençons par le batiment central, et son architecture hors du commun, et due au talent de Renzo Piano, “synthèse réussie de la tradition mélanésienne et des techniques et des styles les plus contemporains” (guide Evasion).

Vue générale du centre Tjibaou

Aujourd’hui, visite du batiment principal, dont la silhouette est si reconnaissable, et due au talent de Renzo Piano. Inauguré en 1998, après 3 ans de travaux, il est le prolongement des accords de Matignon (1988). Enfin était reconnue la culture Kanak, traditionnelle et contemporaine.

centre Tjibaou

Il s’agit de 10 cases, en bois d’Iroko, et la plus haute culmine à 28 mètres. Ces cases abritent des salles rondes, et sont reliées entre elles par “une allée courbe évoquant l’allée centrale spécifique à l’habitat traditionnel kanak”.

A l’intérieur des cases, des salles d’exposition sur l’art et les traditions kanak, une salle dédiée à la personnalité de Tjibaou, une médiathèque, et bien sûr boutique et cafétéria.

centre Tjibaou

Sources : le guide Evasion (Hachette), la brochure du centre culturel Tjibaou.

Pour en savoir plus (liste non exhaustive, mais j’essaie de varier les sources) :

– sur l’architecte : ici, et

– sur Jean-Marie Tjibaou : sur RFO, l’Express

– sur le centre culturel : sur le blog de Marie-Laure, la Revue mondiale des francophonies

A bientôt, pour un aperçu du chemin kanak.