Et oui, les vacances sont finies… après 2 semaines en Nouvelle Calédonie.

Une introduction à la visite de ce beau territoire en photos ?

C’est parti.

Nouméa. Grande ville, très très vallonnée, certaines rues nous feraient presque penser à San Francisco, c’est dire.

Nouméa vue d'avion

Rien à voir avec Papeete. Des immeubles modernes, des espaces verts, des plages en centre ville, des trottoirs qui ressemblent à des trottoirs…

L'anse Vata, Nouméa

Surprenant, et agréable, la ville est cernée par une multitude de baies et criques, destinées aux bateaux, véliplanchistes, surfeurs, kyteurs… Et une promenade longe toute la côte.

Centre Tjibaou, Nouméa

Bien sûr, une visite au centre culturel Jean-Marie Tjibaou s’impose. De quoi y passer une petite demi-journée, entre salles d’expo et chemin kanak. Émouvant.

Si on décide de visiter le sud, vaste, montagneux et…. rouge, on comprend vite qu’on pourrait y passer quelques jours.

Le sud de la Nouvelle Calédonie

Un GR, des refuges, des parcs préservés et entretenus, de l’eau qui court partout. Des cours d’eau, des lacs, et toujours des criques.

Magnifique Sud.

En partant vers le Nord, 2 côtes que tout oppose.

La côte Est, plus humide, ressemble à la côte est de Tahiti, nous n’avons pas été dépaysés. La côte Ouest, appelée “Far West calédonien” est caractérisée par une “savane”, et de l’élevage.

Paysage de la chaine, Nouvelle Calédonie

L’extrême nord de la Grande Terre fut difficile d’accès pour nous : les pistes étaient impraticables pour notre – petite – voiture de location, après les tempêtes de mi-mars.

Nous avons aussi visité 2 îles. Une des îles Loyauté : Lifou, et l’incontournable Île des Pins.

plage de LIfou

Comment rester insensible ???

En réalité, Lifou n’est pas qu’une plage. Lifou produit du miel, de la vanille, du santal. On y trouve la plus grande chefferie, à Nathalo.

Chefferie Nathalo, Lifou

Quant à l’Île des Pins….. comment dire… des paysages hors du commun : de l’eau partout encore, des labyrinthes d’eau, entre criques, rivières, îlots, et bien sûr ces majestueux pins colonaires….

Pirogue à voile, île des Pins

Île des Pins

Voilà un petit tour des paysages de Nouvelle Calédonie, qu’il m’a été donné de voir pendant ces 2 semaines.

Quoi rajouter ?

En vrac….

Riche histoire – et triste aussi – rassemblée dans un petit territoire paumé au milieu du Pacifique. Des populations issues de drames et soubressauts de l’histoire, comme les bagnards, communards, kabyles, indonésiens, vietnamiens… Des Kanaks, qui n’avaient rien demandé à personne…. Des immigrés volontaires, de toutes couleurs et origines, pensant refaire fortune, ou espérant mieux survivre…

Un pays qui regorge de paysages magnifiques, et pas vraiment équipé encore pour acceuillir les touristes en nombre… Quelques beaux hôtels, à Nouméa, à l’Île des Pins, et entre Hienghène et Poindimié et…. des gîtes, au confort plus qu’aléatoire. 2 sur 3 des clubs de plongée que nous avons contactés avaient fermé…

Une cuisine goûteuse, riche de produits de la mer, de boeuf local fameux, de gibier.

Pays de contrastes forts : entre Nouméa et le reste du pays (appelé la brousse), entre les côtes et les montagnes, entre Calédoniens et Mélanésiens, entre la modernité des nouvelles usines à nickel et les traditionnelles tribus du nord et des îles Loyauté. Entre citoyens calédoniens et les autres populatons, de Wallis, de Vanuatu, de Polynésie, et de métropole aussi.

Et… pas d’ambiance autour des fleurs, de la musique, si présentes à Tahiti. Pas de femme en paréo, mais toutes en robes “missionnaire”. Les jeunes hommes ? les T-shirts et les coiffures font surtout référence au Che et au reggae…Tout le monde se vouvoie, pas de bises… Du coup, le pays apparait bien plus austère que ne l’est la Polynésie.

Et voilà, pour une première approche.

Pour en savoir plus : wikipedia comme souvent. Et avec les prochains articles, si vous le voulez bien.

Portez-vous bien.