Mataiva : Main Street

Main Street de Pahua, le village unique de Mataiva, c’est plutôt vite fait, mais le tour du « centre ville » a beaucoup de charme.

Le village s’étend de part et d’autre de l’unique passe de Mataiva. Cette passe est bien peu profonde, 1 mètre 50 au maximum. Donc, seules les barques des particuliers l’empruntent, et les navires qui viennent approvisionner l’île 2 fois par mois restent donc à l’extérieur.

La rue principale, et néanmoins unique, la mairie et la poste, la supérette, l’école, la centrale électrique, les églises, et on a fait le tour. A pied ou vélo, au choix….

La pension se trouve entre l’aéroport et la passe (les 2 autres pensions se situent le long de la passe), et ce trajet correspond à peu près à la route « cimentée ». Je n’ose pas dire « goudronnée », puisqu’il ne s’agit pas de goudron, mais de plaques de ciment !
Donc, on tourne à droite en sortant du chemin de la pension, et voilà le tour de ville commenté.

la rue principale de Mataiva

Déjà, vous remarquerez qu’il fait beau (mais, au cas où vous seriez jaloux, je vous rassure, ça ne va pas durer la totalité du séjour), que c’est vert, et qu’il y a l’électricité !

De suite, le long de la route, sur la droite :

Un gérant qui a un petit chignon sur le sommet du crâne, une employée.

De l’eau et de la bière dont les stocks sont déjà prêts pour ne pas risquer de manque en week-end, des biscuits d’apéritif et des bonbons au premier plan, du riz et du corned beef, quelques produits divers de première nécessité, mais aussi des « savates » (tongs) et quelques vêtements. Et pas besoin de caddy, tout se vend à l’unité.

Un art du rangement qui m’a épatée, je dois dire. Autant de choses dans aussi peu de place, cela relève de l’art….

la seule passe du lagon

la mairie la poste

Au bout de la route, les deux services officiels locaux : la mairie, rattachée à celle de Rangiroa, et la Poste (désolée pour cette photo un peu sombre, mais le soleil se couchait).

Le long de cette route, des senteurs, des fleurs, de la vie (et beaucoup de chiens errants aussi). Pas de méprise, ce n’est pas une boîte aux lettres, il n’y a pas de facteurs en Polynésie !

des lauriers vigoureux très artisanale...

On rebrousse chemin, et à l’autre extrême de la route, l’école.

l'école de Pahua

En chemin, on a croisé quelques églises, dont voici 2 spécimen :

église Mataiva église Mataiva

Il y en a d’autres, pour le culte de religions que nous considérons comme des sectes en métropole, et pour lesquelles je me garderai bien de faire une quelconque pub… Mais bon. Vous pouvez imaginer qu’en plus les cultes sont répartis sur 2 jours, le samedi et le dimanche, ce qui évite tout embouteillage bien sûr ;o)

Et les habitants, dans tout ça, ils sont où ?

maison de Pahua

maison de Pahua

maison en construction

Vous remarquerez que toutes les maisons sont en construction légère (moins cher et plus facile à reconstruire en cas de cyclone par exemple), que toutes les fenêtres sont ombragées, et qu’elles ont toutes leur propre réserve d’eau. Cette réserve d’eau de pluie est la seule source d’approvisionnement en eau de chaque maison. Vous comprenez pourquoi un seul robinet d’eau est suffisant dans la douche….. ;o)

Enfin, ils ne pédalent pas pour pouvoir regarder la télé, omniprésente… Voilà la centrale électrique du village….

la centrale électrique de Mataiva

Et voilà. Vous connaissez l’urbanisation de Mataiva presqu’autant que moi maintenant !

Je me suis demandé si j’aurais pu vivre ici ? pour combien de temps ? en m’occupant comment ?

Et vous, vous le sentez comment ?

Allez, demain, place au lagon ! pour vous donner d’autres bonnes raisons de venir faire un tour par ici…..

Publicités

5 réflexions sur “Mataiva : Main Street

  1. C’est charmant mais c’est vrai que ça a aussi l’air d’être… un trou, quoi! Je me pose un peu les mêmes questions que toi!

    Sinon c’est quoi cette histoire comme quoi y a pô de facteur en PF? (Vais envoyer ma carte de Noel maintenant tiens!)

  2. J’aime bien l’immeuble de l’école, qui l’air d’une maison flottante. C’est un petit village sympa.

  3. J’ai vécu ( volontairement ) un an sur un atoll des Tuamotu et j’ai adoré… Mon mari, lui, a détesté !!! Comme quoi … « les goûts et les couleurs » !!
    Par contre, je connais des facteurs … qui desservent les écoles, les mairies.. les institutions.. je crois…

  4. Moi j’aime bien la centrale électrique et la ligne haute tension qui en sort …
    Bien sûr que tu me donnes des envies de voir tout ça en vrai!

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s