Le coup du bambou

bambou en préparation

On dirait qu’ils se préparent à un hakka spécial, ça serait d’actualité, non ? pour un futur show local…. Perdu.

Plus de détail ? en voilà :

découpe du bambou

Si vous voulez savoir comment va terminer cette histoire, réelle, suivez moi.

Je vous amène au « Te Faaiti » (prononcer fa-a-i-ti, svp), montagne derrière chez nous. C’est au bout de la vallée de la Papenoo.

C’est parti. Et pensez à cliquer sur les photos, si vous voulez les voir en plus grand !
le Te Faaiti, ça se mérite

Les balades en montagne, ici, c’est toujours un peu difficile.

D’abord, les versants sont très souvent assez abrupts, la nature s’avérant assez hostile.

Ensuite, les chemins ne sont pas vraiment balisés. A vrai dire, la végétation pousse tellement vite qu’il faudrait un nettoyage permanet de ces chemins et voies d’accès. L’armée fait des opérations « balisage – nettoyage » de temps en temps.

Enfin, on ne peut pas dire que les Polynésiens soient de fervents adeptes des activités de montagne. En même temps, ils n’ont pas complètement tort, quand on est entouré d’eau. Et quelle eau, mes amis…. ;o)
Et si maintenant vous avez faim, voilà l’histoire du « poulet bambou » qui démarre !

Quand on fait de la montagne, c’est en groupe. Une dizaine de personnes, autour du guide.

La règle commune pour ce pique nique pas ordinaire : amener chacun un blanc de poulet, et un légume cru (courgette, tomate, aubergine, oignon, poivron.. etc).

Arrivés sur le lieu de pique-nique (en fait, où il y a déjà un grill à barbecue, et des tables et bancs), certains allument le feu quand d’autres coupent tous les ingrédients en petits morceaux, et mélangent tout. Plus du sel et du poivre.

le barbecue en préparation

Les morceaux de bambou vont servir de récipients individuels de cuisson. Vous savez bien, le bambou ça a plein de petites cloisons intermédiaires, donc si avant le bambou a été bien découpé, ça devient évident. (vous trouvez que c’est pas clair ? mais si, avec de l’imagination et de la méthode, on arrive à tout…)

Bref, on remplit chaque tronçon de bambou avec le mélange, on ferme avec une feuille de purau, on attache avec un lien végétal (une fibre du même purau). Et on met à cuire. Comme ça.

Pour info, le purau (prononcer pou-ra-ou) est un arbre, ou plutôt gros arbuste. Les feuilles, rondes et larges, servent d’assiettes auto-destructrices. Si on les tresse entre elles, elles deviennent des plats. Les écorces servent à la décoration d’un tas de trucs, le bois est utilisé aussi. Cet arbuste fait des fleurs aussi, qui sont jaunes le matin et rouges le soir. Bon, je crois qu’il va falloir que je fasse un jour un article, rien sur le purau ;o)

Début de cuisson

En cours de cuisson

Pendant que ça cuit, on regarde le paysage. (en fait, ça c’était à l’arrivée, parce que pendant que ça cuit, c’est plutôt l’heure de l’apéro, et ici fait nuit de bonne heure)

Le haut du Te Faaiti

A table !

Et voilà, c'est cuit

ça s’appelle le Poulet Bambou, et c’est délicieux !

Bonne semaine, bonne rentrée. Ici, on entame notre dernière semaine de cours avant les vacances de la semaine prochaine… La rentrée a déjà eu lieu le 6 août…. Courage, vous allez voir, ça passe vite….

13 réflexions sur “Le coup du bambou

  1. ça a l’air délicieux et pas compliqué à faire! j’ai donc complété la liste des courses: … bambou, poulet, courgette, purau … j’ai dans l’idée qu’il faudra quelques ingrédients de remplacement. Je te tiens au courant.

  2. Epatant.
    J’ai vu un reportage récent sur un peuple du côté de Bornéo qui utilise le bambou comme panier repas (ils le remplissent d’une sorte de pâte de pulpe d’arbre qui constitue la base de leur alimentation, et ils peuvent manger tranquilles où ils veulent à des kilomètres de chez eux. C’est comme un pique-nique bambou, donc)
    C’est là que je me dis que le premier qui a eu cette idée avait un cerveau très bien fait !
    Kiki 🙂

  3. Le bambou sert à tout….mais là…Miam !
    apétissant – et les assiettes auto-destructibles : j’en veux ! marre de la vaisselle …à ranger dans le lave vaisselle !!!!

  4. laTartine : merci pour le prochain reportage !
    Phil : on peut rien te cacher….. c’est même une scie qu’il faudrait ! mais t’as vu aussi, on avait les gants et tout et tout…
    Kiki : je crois que chacun peut être très créatif avec les moyens du bord..
    Melly : je crois que les Polynésiens savent tout utiliser du Purau !

  5. Comme quoi, 31 jours pour la PF, c’est largement pas assez.
    Faudrait presque qu’on y retourne 1 de ces 4.
    Et en plus, le fumé du bambou doit être extraordinaire.
    Rien à voir, mais on a un gel douche parfum bambou et le parfum est très délicat.
    Alors j’imagine le coup du repas fourré dedans. Miaaaammm, comme dirait Choupi !

  6. C’est vrai que ca a l’air super bon! Ca doit degager une saveur sublime!

    …mais pas de bol vu la(les) taule(s) que je me suis mis(es) ce week-end le bambou j’avais plutot l’impression de m’en etre pris un grand coup en pleine gueule (y a pas d’autre mot, sorry…) alors que je me reveillai… me demandant deja ou est ce que ca allait faire mal. Mais c’est toujours la tete! (Ces bambous, franchement, bien mieux en vaisselle) 😉

  7. Olivier : merci pour tous ces compliments !
    UU : on n’arrête pas de le répéter : en PF, y’a pas que des plages ! et, vous revenez quand vous voulez !
    Fab : allez, on t’en réserve pour ton prochain séjour ici, c’est que ça approche….

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s