Les bleus de Fakarava

Je vous avais présenté un atoll lors de notre découverte de Rangiroa, il y a 2 ans.

Notre second passage dans les Tuamotu, c’était lors des étapes de l’Aranui, à Noêl dernier. Et, en lisant le reportage de UU sur son étape à Fakarava, je réalise que je ne vous ai pas montré ce que j’ai vu à Fakarava !

NB : j’ai pas vu cette église bleue, montrée par UU. Quand je vous dis qu’il faut qu’on y retourne, pour un petit fignolage… ;o)

Alors…. souvenirs, souvenirs…. de bleus !

Histoire d’une étape de l’Aranui :

Le passage de la passe, pour rentrer dans l’atoll

la passe de Fakarava

On longe le motu, jusqu’au point où le bateau va jeter l’ancre

on loge le motu

On descend à terre, en baleinière, et on est accueilli, avec des fleurs, et en musique

arrivée des baleinières sur la plage

les musiciens nous attendent

On se baigne, on admire, on ouvre tout plein ses yeux…

la plage, sur la gauche la plage, sur la droite

et on se dit qu’il faut qu’on revienne….

no comment....

Et bien, si, on y retourne, dans 15 jours. 4 jours sur un motu d’un petit atoll des Tuamotu…..

Publicités

6 réflexions sur “Les bleus de Fakarava

  1. C’est interdit de jeter de la peinture bleue dans l’eau ! Je porte plainte !

    (en réalité je suis si verte de jalousie que j’en ferais bien une jaunisse, mais l’envie est un vilain défaut, zut, je suis rouge de honte)
    Kiki 🙂

  2. KiKi : t’as raison, trop de gaspillage de couleurs nuit.
    UU : merci pour les liens.
    Cravaté : t’es pas obligé de choisir… et encore moins de déprimer !

  3. Petite annonce intéressée : « échange paysage tout vert contre paysage tout bleu » …
    Cette année le Dauphiné n’a pas lésiné sur le vert, l’herbe n’arrête pas de pousser et nous de la couper.
    Continue à nous faire rêver Annie-Claude, c’est superbe! Cet hiver j’espère bien te faire soupirer devant des photos de montagnes toutes blanches…

  4. bonjour,bonsoir
    Un témoignage,l’humain passe,et les bleus avec..ceux de fakarava par contre…je resterai pour ma petite éternité, ému par tant vérité qui m’a claqué a la gueule quand j’ai sauté sur le sable de ce motu,comme on débarque sur la lune.Tant de pulsions,une couveuse de germes de vie,et tant de risques de la perdre,juste là tout près.un choc.Marcher entouré de requins,qui rodent comme des chiens,cueillir des mérous comme on ramasserait des pommes,l’ilot aux oiseaux,regarder la mer des heures sous le vent chaud,trois accords de fils de pêche,et être saisi soudain par la question,pourquoi ici …

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s