Chine : quelques portraits de femmes

La Chine est réputée pour le grand nombre de ses habitants.

vendeuse de mandarines -Yangshuo

Bon, là au moins, je ne choque personne. Les allergiques aux lieux communs, vous pouvez passer votre chemin….

Et bien. Vous voulez que je vous dise ? j’en n’ai pas vus tant que ça, des Chinois je veux dire ! vous devez vous dire que je suis devenue folle juste géniale, même si c’est récent.

mère - fille devant la cité interditePlusieurs explications possibles :

– ils ont élargi toutes les rues et les routes. Moins d’embouteillage, moins d’effets de foule, le tour est joué.

– ils (je sais pas trop qui, en fait) les ont planqués quelque part où je ne suis pas passée (et ça fait quand même pas mal de place, je vous l’accorde).

– il y a en tellement qu’à force on ne les voit plus. Bof…. (un peu nul, l’argument)

– ils sont tous (ou presque) planqués chez eux, il y a eu un « comité de libération des vélos » qui a libéré ces vélos de leurs chaînes, et on attend leur retour, un peu comme pour les nains de jardin en France il y a quelque temps.

Je ne sais pas trop comment vous dire, mais en réalité, j’attendais des vraies foules. Et je n’en ai qu’à peine vues à Shanghai, et encore….

Donc, ça m’a laissé le temps d’observer, en détail, une population diverse et variée, c’est le moins que l’on puisse dire.

à Beijing

jeune Shanghaienne

Notre guide affectée à Xi’An s’appelle Fanfan. Un français parfait, de l’humour, un joli sourire. Passionnante !

Notre guide, Fanfan, à Xi'An

Allez, j’ai observé, je l’ai déjà dit, et un mois après mon retour, quelles réflexions m’en reste-t-il ?

– les Chinoises sont coquettes, c’est sûr. Des salons de coiffure partout, et on observe bien que les blondes rêvent d’être brunes et inversement, les cheveux raides rêvent de boucles. Et les coiffeurs et coiffeuses (vive la parité) font merveille.

– c’est la mode des caleçons longs, portés sous les bas. Les magasins en ont de toutes les couleurs, épaisseurs, etc. Style que chacun appréciera (ou non).

– elles aiment plutôt les couleurs bien flashy…. Une explication ? ;o)

– les enfants sont souvent « déguisés », portent des chapeaux marrants. Il s’agit de minorités ?

Dans le jardin de la Mosquée de Xi'An

Quand je n’aurai plus rien à dire du tout sur la Polynésie, je vous montrerai d’autres photos de « gens ». Des familles, des touristes, des militaires en goguette, des paysannes, des mamies, des bébés….

Et puis, Guilin quand même, et la rivière Li. Mais là, vaut mieux pas que je loupe mon coup, parce que c’était trés beau, impressionnant. Alors, je vais m’y mettre….

Me manque juste un peu plus de temps. J’ai toujours l’impression que le lendemain sera plus cool, et en réalité c’est souvent pire. Je ne sais pas trop si je suis réellement « job-addicted » ( et il serait temps que ça me passe) ou simplement « vieillissante » (ça il vaudrait mieux que ça me prenne le plus tard possible…). Si, une autre idée, peut-être que je deviens de plus en plus polynésienne…… ;o) parce qu’il s’agirait pas non plus de se fatiguer trop vite, hein….

Portez-vous bien ! à bientôt.

6 réflexions sur “Chine : quelques portraits de femmes

  1. Le cravaté >> bon week-end à toi aussi. Qt à moi, des copains de Bordeaux arrivent samedi soir, alors …. fiesta !!!

    Fab >> il me tarde que tu racontes… Bises

    Tivi >> c’est très dur, tu sais, d’être polynésienne. Je ne sais toujours pas marcher aussi lentement qu’elles. Quant à déhancher….. pourtant je m’applique… Le pire, elles déhanchent aussi en marchant….
    Pour juillet, avec plaisir.

  2. “vieillissante”…“vieillissante”… ça c’est n’importe quoi. Cet espace documentaire manque de réalisme. Je suis choquée.
    « Polynésienne » est la seule hypothèse à retenir. 🙂

  3. Les Chinois pas si nombreux que ça. Il y a un secret: l’art de canaliser les foules. Par exemple, dans les gares, on ne croise jamais personne; il y a le flux de ceux qui vont monter dans le train (en haut) et le flux de ceux qui viennent d’en descendre (en bas). Donc on marche tous dans la même direction et tout va bien. Mais là où on ne peut pas faire, les arrêts d’autobus par exemple, on s’aperçoit qu’on est très très nombreux.
    Un autre truc: l’entrée dans les lieux où vont les touristes (musées, attractions naturelles, monuments anciens, beaux jardins) coûte horriblement cher. Exemple : la tour de la cloche à Xi’an, placée comme l’arc de triomphe au milieu de son étoile, vaut 20 yuans, l’équivalent de 15 euros en pouvoir d’achat courant. Il y a du monde, mais beaucoup moins qu’en bas dans la galerie marchande. Le 1e mai, c’était quelque chose.

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s