A table, en Chine

2ième épisode chinois. Mais je ne vais pas encore rentrer dans les détails culturels ou historiques encore aujourd’hui.

D’abord parce que je n’ai pas récupéré toutes mes photos. Ensuite parce que mes débuts de semaine sont toujours chargés, et que donc je n’ai pas fini de lire. Enfin, parce que j’ai un vieux rhume qui traîne, qui fait que je vis dans un espèce de brouillard accoustique depuis bientôt 15 jours, et que ça me FATIGUE. (promis, mercredi médecin, chinois of course, je vous raconterai ça aussi)

Alors, vous me suivez à table?

– Pas d’eau potable où que ce soit, à aucun robinet, même des grands hôtels. Donc, exclusivement de l’eau minérale pour boire. Alors bien sûr, tout un système pour nous approvisionner, entre le chauffeur du bus gestionnaire de stocks (et améliorant ainsi ses fins de mois – 10 yuans (= 1 euro environ) les 3 bouteilles, 3 yuans l’une – allez comprendre le sens du commerce chinois) et les porteuses d’eau et leurs glacières en bandoulière à chaque arrêt du même bus – 2 yuans au pied du bus, mais 10 en haut de la colline et ses 820 marches.

 

dire que la gentille dame de droite qui a un éventail m'a accompagnée toute la montée en me faisant de l'air ! (j'ai presque honte)

Enfin, ce problème d’eau potable, va falloir qu’ils le gèrent quand même bien un jour, non ?

– Des légumes et des fruits partout, en quantité, même si ce n’était que le tout début du printemps. Phénomène expliqué par le fait que les paysans sont propriétaires depuis peu d’une partie de leurs terres. Voir le commentaire d’Ebolavir ci-dessous qui nuance ce propos, et de lire son blog aussi, si vous êtes intéressé par ce qui se passe en Chine

 

marché de plein air

 

champignons sur marché de plein air

– Peu de viande lors des repas. Remplacé par du soja souvent, et du riz toujours. Un poisson entier ajouté à chaque repas, poisson genre carpe, à se partager entre 8 et 10 personnes, mais cela suffisait amplement. Tous les repas étaient quasimment identiques, autant pour nous touristes étrangers que pour les tables voisines accueillant des touristes chinois. Pléthore de plats excellents, beaucoup de légumes croquants, soupe en fin de repas, thé à volonté. La boisson proposée a toujours été la même : 1 verre au choix de bière, d’eau minérale, de coca ou de sprite. Allez comprendre….

On a bien goûté du vin chinois….. on oubliera. Et puis, la bière est fraiche et légère, alors….

plats divers et variés, pas toujours faciles à identifier...Légumes à profusion, en buffet

soja sous toutes ses formesAucune idée de ce que ça peut être. Et vous ??

Déjeuner chez une Pékinoisequelques desserts, rares

En réalité, le dessert a toujours consisté en une tranche d’orange, ou une petite tranche de pastèque.

Exception : la fondue chinoise, le banquet de raviolis et le canard laqué (pas de photo de canard, désolée).

 

Convivial, la fondue chinoise

banquet de raviolisgrand choix de raviolis

Pour finir, et bien oui, j’ai fortement progressé dans l’utilisation des baguettes. Mêmes les cacahuètes avec les baguettes, suis cap maintenant. Et puis ma copine donneuse de bons conseils m’avait prévenue avant le départ : « si tu ne veux pas grossir, ne mange qu’avec des baguettes ! ». Je confirme, ça marche.

A bientôt. Portez-vous bien.

11 réflexions sur “A table, en Chine

  1. Les caouètes avec des baguettes ! je sens qu’il faut que je commence l’entrainement dare dare, parce-que si je me lance de suite en public, ça fera un magnifique Tex Avery mais je resterai sur ma faim.

  2. C’est dangereux d’aller en Chine. J’étais parti voir, et je suis resté.
    A part ça, pour bien manger, c’est une bonne idée de voyager en groupe. A table au restaurant, on apporte autant de plats différents qu’il y a de convives, bien plus que chez soi.

    Les paysans propriétaires? Pas plus qu’avant. Chaque famille a le droit de cultiver un peu ce qu’elle veut, mais tout le monde reste à la merci d’une réattribution du terrain pour une usine, une route, ou n’importe quoi que les cadres locaux ont décidé. Avec une indemnité minable, quand elle est versée. S’il y a un jour la révolution en Chine, elle naîtra de là. Mais je sors du sujet du voyage. C’est expliqué dans les livres, par exemple « Chine, l’envers de la puissance » de Cai Chongguo, Mango 2005, ISBN 2914353626

  3. Tivi >> si si, je n’y arrivais jamais mais en réalité on progresse assez vite, quand on a trouvé le « truc ».

    Ebolavir >> merci pour votre passage, et vos commentaires qui vont être précieux sur cette rubrique. Surtout, continuez !
    Le coup des paysans un peu plus libres de cultiver, c’est notre accompagnateur qui a bcp insisté. Y compris de nous dire que les enfants de paysans n’auraient plus à payer pour la scolarité de leurs enfants (je le fais en raccourci).
    Pour le danger que représente un voyage en Chine, je suis bien d’accord : il me tarde déjà d’y revenir !

  4. Si, en Chine, l’eau n’est pas potable, elle est donc devenue… portable ( dans les glacières…) !!!! lol !!!!

  5. A Canton je me souviens que c’etait la meme chose concernant l’eau potable, et je me rappelle d’orgies de delicieuses nouilles et tutti-quanti… a part la soupe que je ne maitrise toujours pas avec les baguettes, alors que les chinois sont d’une dexterite incroyable (avec cependant le bol a 1cm du menton!)

  6. …et si on utilise des baguettes spéciales, un manche avec une sorte de petit trident au bout (un hommage à Poséïdon) ?
    En tout cas, billet et commentaires super-intéressants pour les curieux !

  7. Ton regard sur le quotidien; c’est très bien car je ne connais pas.
    Inquiétant leur problème d’eau potale. Leurs nappes phréatiques sont-elles tellement polluées ou est-ce un problème financier?
    Tous ces petits plats colorés sont fort appétiissants. Je craque pour les bouchées vapeur. Un régime alimentaire très sain dont tu as bien su profiter. Bises.

  8. Croquantes, tes photos, et les repas là-bas ne sont pas en deux parties ! (pas de réponse des Science potes…)

  9. En chine, souvent les restos qui accueillent les tourists en groupes ne sont pas des restos terribles, ils fabriquent des plats semblant des vrai cuisines chinois, mais en reel, ce n’est pa le cas. Meme pour les groupes chinois. Donc, si vous voulez gouter la vrai cuisine chinois, il faut aller dans des restos ou il y a bcp de chinois(non touriste) dedans ou bien demander les gens locaux pour vous presenter ou conseiller.

    Une chinoise qui vit en France

  10. HU : je veux bien admettre votre remarque. Et pourtant comment faire quand on ne passe en Chine que 11 jours, et qu’on est en groupe ?
    Néanmoins, j’ai bien aimé tout ce que j’ai goûté, ça m’a même donné envie de manger plus sain : plus de légumes juste saisis, moins de viande et de plat en sauce, une boisson chaude en fin de repas ! de bons principes diététiques, non ?

  11. didon 3 yuan la bouteil on voit bien que quand il y a des laowai(etranger) il en profite normalement c 1 yuan la bouteille mais bon,moi je prefere aller dans ces petite rue pas propre du tout mais on sy regale et ce nest pas cher 3 yuan une brochette de calamar entier 5 un grand bol de nouille 3 pour un bol de 10 ravioli dit diaoze (cela suffit sa boure un peut viande+patte) par contre il mette toujour de l’huile d’arachide moi qui naime pas trop c aussi un peu deconseiller pour ceux qui on du mauvais cholesterol!,mais c’est toujour un plaisir de decouvrir les differente culture de la chine!

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s