Subjectivité sur les îles

Olivier m’avait fait remarquer, il y a quelque temps, qu’Antoine proposait un diaporama sur les îles polynésiennes françaises.

Je n’ai pas la prétention de connaître la Polynésie autant que lui, donc pas de procès d’intention, pitié. Par contre, à ces idées qu’il répand : c’est sauvage donc c’est bien, et Bora est un havre de paix, j’ai envie de réagir.

Qui a le droit d’accès aux sites enchanteurs ?

Le débat sur le fait de réserver des sites, souvent privilégiés, à quelques uns me fatigue un peu. Sur quel critère réserver l’accès à ces sites à quelques uns, triés comment ? leur capacité à y accéder « sportivement » (à ski, en voilier, etc) ? leur capacité à « payer » ? à bien se comporter ? Je lis (lentement) un livre « L’idiot du Voyage« , qui développe la différence entre voyageurs et touristes. En résumé, l’idée est que les touristes n’aiment pas être pris pour des touristes, et ne se considèrent pas comme tels. J’y reviendrai quand j’aurai enfin fini ce livre (passionnant, mais « compliqué »).

Bora-Bora et son beau lagon

Quant à Bora, « havre de paix », ça ferait doucement rigoler n’importe qui ici. La plus belle île ? idem.
Un des plus beaux lagons, c’est sûr. Le tour de lagon en bateau, si possible en voilier, est un vrai bonheur. Mais imaginez une île, avec une route la ceinture. Au débarcadère, vous la prenez à droite, cette route, et vous avez des bords de route nickel, des fleurs et ….. l’envers des hôtels…. Vous la prenez à gauche, et vous avez des taudis…. Bon, je ne veux surtout pas décourager qui que ce soit de séjourner à Bora. Mais ce n’est pas très juste de laisser croire qu’on y trouve ….. la paix !

Par contre, tirer à boulets rouges sur les gens qui s’entassent à flancs de collines, ça, ça ne le gêne pas, à Monsieur Antoine ! mais ils faudrait qu’ils habitent où ceux qui travaillent dans ces fameux hôtels ?
Il y a quelque chose qui m’échappe dans son raisonnement.

Les chambres d’hôtel sur pilotis, au milieu du lagon, loués à prix d’or, ça ne le gêne pas. Mais les maisons de ceux qui vivent là, ça le gêne… OK, les 2 polluent, à leur manière. Ok, tous les hôtels sont équipés de stations d’épuration, et ont fait les efforts nécessaires. OK, démolir les montagnes, ça crée quelques dégâts, y compris pour le lagon….

Venez y faire un tour, on est loin du bétonnage de la Méditerranée aussi. Bora reste à taille humaine, et les hôtels sont su rester discrets, même s’ils empiètent sur le lagon par endroits.

Mais, mais… il ne suffit pas de vanter les îles désertes et stigmatiser ceux qui s’entassent, hein Monsieur Antoine (que j’aime bien par ailleurs, enfin, quand il chantait surtout…).

P’tite photo pour finir ? Parce que c’est le week-end aussi ? (photo prise sur le motu appelé « club med », en face du club med qui n’existe plus, à Moorea. Motu qu’on voit bien sur la photo aérienne de Moorea d’Antoine.

Musiciensmotu

Publicités

8 réflexions sur “Subjectivité sur les îles

  1. J’ai commencé L’Idiot du voyage et m’y suis cassé les dents. Compliqué, en effet, alors que ça semblait simple à première vue.
    Le côté « sauvage, donc c’est bien » a des relents de néo-colonialisme qui m’indisposent. Je comprends ta réaction.
    PS hors sujet : tu arrives quand à Bordeaux-city ? Juste comme ça, pour savoir, au cas où tu aurais envie qu’on quitte le virtuel pour prendre un verre en ville.

  2. C’est intéressant d’avoir ton avis sur la vision idyllique de ces îles qui est colportée dans les médias. Vu de ton côté, on n’a pas du tout envie de cautionner le côté friqué au détriment de ces pauvres gens qui vivent dans des taudis. Heureusement que tu es là pour rétablir la vérité. Bises du soir. Amicales pensées.

  3. Je voulais ton avis, jee l’ai !! et sincèrement ce que tu décris ne m’étonne pas…
    Allez, va pousser la chansonette, tes amis t’atteendent !! moi aussi d’ailleurs….
    Bises métropolitaines ma chère Vahiné,
    OLIVIER

  4. cela fait du bien de lire ces choses-là, même si on les connait trop bien… je crois que celui qui voyage vraiment est celui qui veut connaître la vérité (la grande affaire…) et non pour se plonger dans un rêve. Il n’y a pas de rêves dans la réalité, c’est une bête question sémantique.

  5. Moi aussi comme Tivi je me suis cassé les dents sur l’Idiot du voyage; j’avoue même pas être arrivé au bout …
    Quand à Antoine, je vais être méchant, dès qu’il ouvre la bouche, je me ferme les oreilles …

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s