Culture ou folklore ?

IdiotvoyageJe suis en train de lire « L’idiot du Voyage – Histoires de touristes », de Jean Didier Urbain pour essayer de comprendre. Comment faire la différence entre voyageurs et touristes ? Comment être plus voyageur que touriste ?

Ici, comme dans d’autres endroits à cultures fortes, les touristes voient, entendent quoi, dès qu’ils sortent de leur hôtel ? des témoignages de pratiques culturelles ou des exhibitions pour touristes ?
Sur le terrain, pas toujours facile.

Olivier Briac a créé à Moorea le « TIKI Village« , reproduisant les coutumes de la Polynésie, avec stands artisanaux, buffet et spectacles. Le moins que l’on puisse dire est que les opinions sur l’authenticité, la qualité, l’utilité d’un tel lieu ne sont pas unanimes. Normal. De mon point de vue, pour y avoir assisté, le spectacle au moins est à voir.

Il faut avoir en tête que les dates des grandes fêtes du Heiva de Juillet, celui de Tahiti, ne sont publiées que très tard. Quand les tour operator s’en sont inquiétés, il leur a été répondu que ces fêtes sont des fêtes polynésiennes, et qu’on ne voyait pas en quoi des touristes pourraient être concernés !

Pour présenter quelques arguments dans le débat « traditions ou folklore à touristes », notre visite du marae de Taputapuatea nous a permis aussi ceci : assister à un rassemblement de familles, qui avaient organisé des ateliers d’apprentissage des techniques manuelles pour leurs enfants. Dans quel but ? Transmettre leur patrimoine culturel ? resserrer les liens familiaux ? ou les préparer à mieux accueillir tous les futurs touristes attendus ? Probablement un peu de chaque.
Raiateatahaa_068Raiateatahaa_069Raiateatahaa_070Raiateatahaa_072

 

 

En tous cas, scènes charmantes, dans un lieu idyllique. 3 générations ensemble, les glacières sont prêtes, les guitares sont à l’ombre, la fête va arriver. Sans touristes.

(à suivre)

2 réflexions sur “Culture ou folklore ?

  1. Tu soulèves là une vaste question bien intéressante. Je la vois moins comme la séparation de la culture et du folklore que comme LA question de notre relation aux autres et au monde. Que percevons-nous du monde, ici (là où nous sommes) et maintenant ? Comment savoir si ce que nous percevons est authentique ? Qu’est-ce que cette authenticité ? La vérité de ce qu’étaient ces gens avant ? Avant quoi ? Finalement ils sont aujourd’hui, là, comme ils sont. Bon, bien sûr, les reconstitutions pour touristes ne nous plaisent guère car elles s’éloignent (peut être) de « l’authenticité » ou de ce que l’on s’imagine être « la vérité ». Mais finalement, aujourd’hui, cela est. Est-ce suffisant cependant pour être digne d’intérêt ? Je crois un peu que oui quand même. Pourquoi tant s’attacher à ce qui était avant ?

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s